Concours d’art contemporain « Vachette »

En mars 2010, je suis tombée par hasard sur l’énoncé d’un concours d’art contemporain lancé par la société « Vachette ». Je le trouvais intéressant et décidais d’y participer. Cette article vous raconte l’essentiel de cette expérience.Rassurez-vous ou malheureusement, c’est selon, il ne s’agit pas de la réalisation de vachettes; mais d’une création à partir d’une poignée de porte nouvellement crée par la société « Vachette »? nommée la « Cityzen ».
A vous de voir!

 

 

Sculpture en maquette.

Mon projet: the Cityzen Cloud ( photo de la maquette présenté au jury de présélection)

Données techniques :

La sculpture nuage (petits et gros) est réalisée en céramique émaillée blanc mat.Le gros nuage est équipé à l’intérieur d’une ampoule à leds multicolores.Elle permet de diffuser par 3 bulles à facettes transparentes, des lueurs de couleurs changeantes.La couleur intérieur de ce gros nuage semble s’échapper par des fils de PVC souples colorés,incrustés sur son dos. En son centre, il y a tout un petit monde végétal et vaporeux avec des petites mousses perlées de rosée. Trois petits nuages s’envole sur un fil en aluminium.La poignée( l’originale) est fixé en son centre pour ouvrir une porte, symbolisée par des pointillés de lumière.Le tout est porté sur deux tubes en PVC rigides, transparents, fixé sur un socle.

Taille du nuage : 45x35x32 cm     Hauteur des tubes : 20 cm    Poids : 15 kg

 

 

Note d’intention :

Une poignée est toujours sur une porte. Elle ouvre ou elle ferme.
Elle libère ou elle clôt. On y court ou on en fuit.
On voudrait être dedans, on voudrait être dehors, c’est selon. Selon l’instant, le lieu, la porte de quoi, de qui.
Parce que nous vivons dans un monde complexe , où l’humain est tiraillé par milles contradictions.
Cityzen ouvre la porte du sensible, de l’invisible, de notre indispensable « monde intérieur ».
Quand notre cerveau a besoin de se ressourcer, de s’échapper du réel et de se retrouver au plus profond.Elle ouvre nos chrysalides cachées. Cela peut être tout simple. Un peu, comme l’hiver, quand on souffle dans l’air notre chaleur,pour créer d’éphémères nuages, ou comme l’enfant qui admire le ciel et y voit des formes.
Si les nuages, dans ce monde, peuvent être lourds et inquiétants parfois, dans le monde  « Cityzen », ils sont accueillants et invitent à plus de légèreté. Les nuages, des forces inatteignables, sinon par la seule sensibilité de notre regard. Les nuages que l ‘on peut traverser sans même en connaître les limites. Le monde« Cityzen » est un espace de rêves sans limite.
Un laissé passé pour garder « la tête dans les nuages » et oublier peut être un instant « the cloud computing ».

 

The Cityzen Cloud
Des murs, du verre, des portes, du fer
Un murmure traverse.
De l’autre côté la cité.
En fin d’après-midi, les lueurs de la ville
Dessinent sur les portes de subtils contours.
Tout glisse, tout s’émousse.
La domination de la matière
Laisse place à l’exil de l’esprit.
Une vague vaporeuse envahit l’espace.
Un monde flotte diaphane.
Léger comme l’air, un nuage erre.
Telle une onde, il court au bord du monde.
Dans son ventre une vie minuscule
Agite un univers immense de cocons blancs.
Il palpite de couleurs, reflétant son cœur
Veiné de lumière.
L’homme le regarde au loin, il se déplace sans bouger
L’esprit libre, doux comme un nuage.

 

ICI catalogue de l’expo 

Format : pdf (Pour lire ce format il est nécessaire d’avoir Acrobat Reader logiciel gratuit, ou sur Apple Mac OSX vous disposez de Apercu gratuit et livré avec la machine). Bonne lecture.

 

Vernissage de l’exposition le 14 octobre 2010

Expo art contemporainUn soir dans une galerie d'art

Oeuvres d'art contemporaine

The Cityzen Cloud dans la galerie du Marais à Paris

1 Commentaire

  1. Pierre says:

    Dans les nuages dans le Marais.

    Sympa

Laissez un commentaire